Chahid Anass Marocain Soussi

Un forum dont ont parlent de tout et de rien Un forum de divertissements, loisir, culture, societe, humour


Heures au format UTC



Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Sep 2010
Messages: 293
Localisation: Casablanca /Maroc
Sexe: Masculin
Age: 22
Posté: 13 Mai 2011, 14:00 


QU'EST-CE QUE LA MALADIE D'ALZHEIMER ?


Cette maladie touche-t-elle seulement les personnes âgées ?

Il est vrai que cette maladie touche surtout les personnes âgées. Mais ce n’est pas une règle générale, et il arrive que cette maladie touche des personnes plus jeunes, de moins de 60 ans. Dans ce cas, il s’agit surtout d’une forme héréditaire qui ne concerne que 0,3% des cas de maladie d’Alzheimer. Ainsi, la maladie d’Alzheimer touche essentiellement des personnes âgées, mais peut aussi toucher des personnes plus jeunes.

La maladie d'Alzheimer est une maladie du cerveau. Elle se caractérise par une mort progressive des cellules nerveuses.

Au fur et à mesure que la maladie d'Alzheimer affecte une nouvelle région du cerveau, elle peut entraîner la perte de certaines fonctions. Les lésions débutent dans les zones du cerveau qui sont impliquées dans la mémoire puis elles s'étendent progressivement à d'autres régions qui interviennent dans le langage, les capacités gestuelles, le raisonnement,… De façon plus générale, la personne atteinte subit un changement de comportement et des difficultés croissantes dans sa vie intellectuelle et relationnelle.

Bien que la maladie entraîne des changements, elle ne modifie pas la capacité de la personne à éprouver des sentiments comme la joie, la colère, la peur, l'amour ou la tristesse, et à réagir à ces sentiments.

Il est impossible de rétablir les fonctions des cellules du cerveau endommagées par la maladie d'Alzheimer ; toutefois, il existe des traitements et des stratégies qui peuvent aider à la fois la personne atteinte de la maladie et son aidant principal.

POUR EN SAVOIR PLUS :

D'où vient le nom "Alzheimer" ?

La maladie d'Alzheimer a été decrite pour la premiere fois en 1907, par le neuropathologiste allemand Alois Alzheimer (1864-1915), suite a l'observation du cas de Madame Auguste D qui presentait des troubles du comportement associés à une détérioration intellectuelle. Alois Alzheimer a fait le lien entre le déclin de certaines fonctions intellectuelles survenant chez des personnes de moins de 65 ans et des lésions neuro-anatomiques caractéristiques retrouvées dans le cerveau : les plaques séniles. Plus tard, d'autres lesions typiques de cette maladie seront identifiées : les dégénérescences neurofibrillaires constituées de filaments qui détruisent les neurones peu à peu.

Facteurs de risque :

Maladie véritable ou processus de vieillissement :

Physiologique ? :

Pendant des siècles, le déclin intellectuel a été considéré comme la conséquence inévitable du vieillissement. On sait aujourd’hui qu'il s'agit d'une véritable maladie et non d'une conséquence inéluctable du vieillissement. Vieillir ne signifie pas perdre la mémoire ou ses facultés intellectuelles. Chez la personne âgée non atteinte, il est possible d’observer certains changements : ralentissement du traitement de l’information, réduction de la capacité à acquérir de nouvelles données ou apprentissage… L’expérience compense généralement ces phénomènes et les problèmes se trouvent résolus de la même façon que chez le sujet jeune mais avec simplement un peu plus de temps et d’effort.

Pourquoi parle t-on autant de cette maladie aujourd’hui ?.

Le nombre de sujets concernés par la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparantée serait actuellement en France, de l’ordre de 860 000 patients. Le pourcentage de personnes atteintes de maladie d’Alzheimer augmente régulièrement avec l’âge : de 0,6% entre 65 et 69 ans, il atteint 22,2% après 90 ans. Compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie dans notre pays et du vieillissement de la population, une forte augmentation de ce chiffre est à prévoir dans les années à venir. On compte 225 000 nouveaux patients par an en France. On n'a donc pas fini d’entendre parler de la maladie d’Alzheimer.


_________________
Image
http://tahamaysar.fr.gd/Page-d-h-accueil.htm


Haut
  Profil Envoyer un message privé MSNM/WLM 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Oct 2010
Messages: 321
Sexe: Non specifié
Posté: 02 Juin 2011, 17:45 

Quelles aides pour les familles ?


Maladie d'Alzheimer : quelles aides pour les familles ?

La famille a une place centrale dans la prise en charge de la maladie d'Alzheimer.
Voici des solutions pour mieux gérer le quotidien et ne pas rester isolé.

Face à un malade qui perd progressivement ses repères, l'aidant ne sait pas toujours comment réagir...

Le nombre de patients atteints de la maladie d'Alzheimer ou d'une maladie apparentée est estimé à 860 000 en France. Mais si l'on considère l'ensemble de l'entourage familial, ce sont environ 3 millions de personnes qui sont affectées directement par cette maladie.
Malgré la maladie, 87 % des personnes de 75 ans et 73% de celles de 85 ans vivent chez elles ou chez un membre de la famille. La vie à domicile reste donc largement majoritaire, même lorsque les malades deviennent très dépendants.
Ainsi, tout au long de l'évolution de la maladie, le conjoint ou l'aidant, doit constamment s'adapter. A l'occasion de la journée de la journée mondiale Alzheimer, voici quelques conseils pour les proches des malades.

Des conseils pour apprendre à gérer le quotidien

Face à un malade qui perd progressivement ses repères, l'aidant ne sait pas toujours comment réagir. En effet, certains gestes simples du quotidien deviennent de plus en plus difficiles à exécuter. Dans les associations, dans les hôpitaux de jour, il existe des formations pour les aidants, pour savoir justement comment réagir face aux situations difficiles que rencontrent la majorité des familles.

Ainsi, pour que le malade garde son autonomie le plus longtemps possible et qu'il fasse le plus de choses possibles, il existe des solutions pour aménager de façon pratique le domicile ou pour simplifier et ritualiser les gestes du quotidien.
Par exemple, coller des post-il dans les pièces ou en élaborer des listes simples permettent de guider le malade dans ses activités.

Ces formations apportent également des conseils pour mieux communiquer avec le malade, surtout lorsque celui-ci devient moins attentif. Par exemple, comment jouer sur le ton de la voix, sur l'écoute ou sur les gestes pour faire passer un message clair.
De même, l'aidant peut trouver des conseils pour savoir comment réagir en cas de comportement inattendu de la part de son conjoint, par exemple en cas de sautes d'humeur, ou de colère.

Un soutien psychologique

La famille généralement fortement impliquée tout au long de la maladie, se retrouve dans une situation d'anxiété permanente et a parfois tendance à s'isoler dans son mal être.
Face à l'évolution de la maladie, face à certaines incompréhensions, face à une personne qui ne réagit plus comme avant, les aidants se sentent parfois déboussolés. La preuve, 47% se disent déprimés et 74% subissent des répercutions sur leur santé.

Pour faire face à ces difficultés, l'aidant peut avoir recours à une aide psychologique, à des groupes de parole ou encore à des programmes d'aide dans les associations.
Ce soutien est fondamental pour que les familles puissent évoquer leurs difficultés au quotidien, pour les faire s'exprimer et également pour les aider à mieux communiquer avec la personne malade.

Des aides pour vous épauler

Il existe différents services médicaux et sociaux :

» Le médecin généraliste et les médecins spécialistes (neurologue, psychiatre).

» Les Soins Infirmiers à Domicile (S.I.A.D.) et les Infirmiers Diplômés d'Etat (I.D.E.) libéraux (pris en charge par la Sécurité Sociale).

» Le kinésithérapeute et l'orthophoniste (pris en charge par la Sécurité Sociale).

» L'hôpital de jour qui permet d'accueillir, une à deux journées par semaine, un patient vivant à domicile. Il lui propose des activités et des soins adaptés à ses difficultés, dans un but de réadaptation et de maintien de son autonomie actuelle. Cette formule permet aussi de libérer l'aidant pour qu'il s'occupe de lui. (pris en charge par la Sécurité Sociale).

» Les aides ménagères et les gardes à domicile (à la charge des familles).

» Les centres d'accueil de jour et les services d'hébergement temporaire (à la charge des familles).

_________________
Image
Marocaine est fière de l’être


Haut
  Profil Envoyer un message privé 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Sep 2010
Messages: 867
Localisation: Casablanca Royaume du Maroc
Sexe: Masculin
Posté: 09 Nov 2014, 18:21 


CET ALIMENT FAIT DES MIRACLES CONTRE ALZHEIMER

Image

L’histoire suivante, nous a été communiquée par le Dr Whitaker. Elle nous prouvera une fois de plus qu’il peut-être payant de sortir des sentiers battus et suivre les solutions que nous offre la nature.

Steve Newport un comptable américain de 59 ans a été diagnostiqué de la maladie d’Alzheimer. Il n’était plus en mesure de faire de simples opérations mathématiques, ni d’utiliser une calculatrice. En fait, on devait même lui rappeler de prendre ses repas et de prendre ses médicaments prescrits pour la maladie.

L’épouse de Steve, Mary Newport M.D. est médecin, et tout en étant consciente de l’état avancé de la maladie de Steve, elle ne perdait pas espoir et recherchait sans cesse de nouvelles avenues de traitement pour son mari.

Un jour de printemps elle découvrit une offre d’étude clinique pour évaluer un nouveau médicament pour traiter l’Alzheimer. La moitié des premiers patients ayant suivi ce traitement sur une durée de 90 jours avaient démontré de remarquables progrès et dans l’autre moitié du groupe on avait constaté que leur état restait stable, comparé à un groupe placebo dont les participants eux avaient vu leur état continuer à décliner.

Malheureusement Steve ne put participer à cette étude clinique, mais son épouse fit des recherches sur la composition du nouveau médicament qui était composé principalement d’ acides gras triglycérides à chaîne moyenne, un gras que l’on retrouve abondamment dans la graisse de la noix de coco.

Mary se procura donc dans un magasin de produits naturels de la graisse de noix de coco et Steve commença à consommer quotidiennement 35 g de graisse de coco, ce qui constitue l’équivalant de 7 c. à thé, à consommer en trois ou quatre fois durant la journée. Cette dose correspondait au 20 g du médicament, qui lui, est composé d’un concentré raffiné de gras triglycérides à chaîne moyenne.


Des progrès remarquables

Très rapidement l’état de Steve s’améliora et après seulement deux mois il retrouvait sa belle humeur et il récupérait lentement ses habiletés mentales. Il pouvait à nouveau se concentrer sur une tâche et se rappeler de noms de personnes, toutes choses qu’il ne pouvait plus faire un an auparavant.

Un an et demi après le début de ce traitement Steve s’est porté volontaire dans un hôpital, et son état qui rappelons le était une maladie d’Alzheimer bien avancée, s’améliore continuellement. Steve est en mesure de vivre une vie normale, même s’il ne peut encore être considé comme complètement guéri.


L’explication du Dr Whitaker M.D.

Le Dr Julian Whitaker M.D. est un médecin très célèbre aux Etats-Unis. Son approche est de privilégier tout traitement naturel lorsque cela est possible et il est très critique de l’usage inconsidéré des médicaments ou traitements conventionnels, surtout les plus invasifs. Sa clinique californienne est réputée depuis plus de 25 ans pour la qualité des soins alternatifs qui y sont prodigués.

Selon le Dr Whitaker, se seraient les cétones qui seraient responsables des bienfaits retirés de la consommation des acides gras de la noix de coco.

Ces acides gras auraient la particularité de se diriger au niveau du foie et d’être rapidement métabolisés et au lieu d’être stockés, comme d’autres types de gras, ils sont transformés en corps cétoniques et utilisés directement comme source d’énergie par l’organisme.

Les corps cétoniques sont une alternative énergétique pour l’organisme. Lorsque le glucose est insuffisant ou fait défaut, l’organisme synthétise les cétones depuis les gras disponibles de façon à pouvoir fournir l’énergie nécessaire aux cellules.

Lorsqu’une personne jeûne, le taux de glucose disponible diminue. C’est alors que l’organisme se tournera vers les cétones.

Dans la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurodégénératives, les neurones perdent leur capacité à utiliser correctement le glucose et sont la conséquence de traumatismes dans certaines zones cérébrales. Cette incapacité à utiliser correctement le glucose pourrait, selon certains spécialistes, être dues à une résistance à l’insuline. La maladie d’Alzheimer est parfois décrite comme une sorte de diabète 3. Les neurones privés d’énergie ne peuvent fonctionner normalement et finissent par mourir, contribuant de la sorte à l’apparition de la maladie dégénérative.


Les corps cétoniques nourrissent les cellules cérébrales

Les neurones privés de glucose peuvent utiliser les corps cétoniques, surtout s’ils sont fournis à l’organisme sur une base régulière.

En fait l’utilisation de corps cétoniques pour traiter des affections cérébrales n’est pas vraiment nouveau, puisque des diètes favorisant la production de corps cétoniques par l’organisme ont été utilisées depuis 1920 pour traiter l’épilepsie et de nombreuses études ont suggéré que de telles diètes pouvaient améliorer de nombreuses maladies dégénératives.

Ce genre de diète est cependant difficile à suivre parce qu’elle implique de consommer beaucoup de graisses et pratiquement aucun hydrate de carbone. Elles sont très difficiles à suivre sur le long terme.

L’avantage de la graisse de la noix de coco est qu’elle fournit facilement à l’organisme de grandes quantité d’ acides gras triglycérides à chaîne moyenne, qui seront transformés en corps cétoniques par le foie et disponibles immédiatement pour les besoins des cellules cérébrales.


L’huile raffinée d’ acide gras triglycérides à chaîne moyenne

Lorsque Steve débuta son traitement, son épouse ignorait qu’il existait sur le marché de l’huile raffinée d’ acides gras triglycérides à chaîne moyenne.

L’huile de noix de coco est composée à 60% d’ acides gras triglycérides à chaîne moyenne. Les corps cétoniques produits par la consommation de l’huile de coco atteignent leur maximum 3 heures après l’ingestion. L’huile raffinée d’ acides gras triglycérides à chaîne moyenne atteint son maximum de corps cétoniques 90 minutes après l’ingestion, mais disparait après trois heures.

Aussi Steve modifia son protocole en consommant 4 c. à thé d’huile raffinée d’ acides gras triglycérides à chaîne moyenne et 3 c. à thé d’huile de noix de coco, 3 fois par jour avec les repas. De cette façon il s’assure de fournir constamment à son organisme la source d’énergie nécessaire pour ses cellules cérébrales.


La conclusion du Dr Whitaker

Le Dr Whitaker est convaincu que le traitement par les corps cétoniques de maladies dégénératives a un bel avenir. La clinique du Dr Whitaker utilise ce traitement pour tous ses patients atteints de la maladie d’Alzheimer, Parkison, démence et autres maladies dégénératives. Il pense également que ce traitement est bénéfique aux malades atteints de diabète, autisme ou syndrome de Down.

Le Dr Whitaker conseille également de compléter ce traitement par une dose quotidienne de 2 g. d’huile de poisson, pour l’apport en Oméga-3.


_________________
Image
Image
Image


Haut
  Profil Envoyer un message privé Site Internet MSNM/WLM YIM 
 
Avatar de l’utilisateur
Hors ligne

Inscription: Sep 2010
Messages: 867
Localisation: Casablanca Royaume du Maroc
Sexe: Masculin
Posté: 09 Nov 2014, 18:48 



9 ALIMENTS CONTRE LA MALADIE D’ALZHEIMER

Image


Le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer devrait doubler tous les 20 ans. Chocolat , café, poissons… Certains aliments ont démontré qu’ils pouvaient la prévenir. Voici la liste des plus essentiels à vos neurones !

Le café

Plusieurs recherches ont démontré que la caféine pouvait réduire les risques de développer la maladie d’Alzheimer. D’abord en 2009 où une étude présentée lors du 19e Congrès mondial de gérontologie et de gériatrie a annoncé que des souris ayant pris l’équivalent de 5 tasses de café par jour avaient obtenu de meilleurs résultats aux tests de mémoire et d’habilité mentale mais aussi, qu’au niveau cérébral, elles avaient 50% moins de plaques de protéines amyloides. Puis en 2012 où des scientifiques américains ont démontré sur une centaine de femmes et d’hommes que boire trois tasses de café par jour protégeait du développement de troubles cérébraux liés à la maladie d’Alzheimer. En pratique : Il est recommandé d’avoir une consommation modérée de café, soit trois par jour maximum.

Épinards et germe de blé

Il est important d’avoir des niveaux suffisants de vitamines B pour contrer la maladie d’Alzheimer. Deux études menées par des chercheurs de l’Université d’Oxford et d’Oslo ont démontré que l’administration de fortes doses de vitamines B pouvait réduire de 30% les niveaux d’homocystéine dans le sang. Cet acide aminé soufré est censé disparaître de l’organisme au fur et à mesure qu’il se forme. En cas d’Alzheimer, son niveau croît régulièrement jusqu’à s’accumuler dans le sang et devenir toxique.

En le réduisant, les vitamines B ralentissent le déclin cognitif, voire même renverse une déficience précoce. « Il semble aussi se vérifier que le taux d’homocystéine a une incidence sur le risque d’apparition de la maladie d’Alzheimer » indique Patrick Wolf. Attention : Très riches en oxalate, les épinards peuvent provoquer des calculs chez les personnes prédisposées. Il faut plutôt limiter leur consommation.



Le jus de pomme

Dans une étude américaine menée en 2010, deux verres de jus de pomme par jour ont été associés à une amélioration de certains symptômes comportementaux liés à la maladie (humeur, délires, agitation, apathie, dépression). Lors de recherches publiées en 2009, d’autres scientifiques avaient pu observer que la prise quotidienne de la même boisson permettait de prévenir le déclin cognitif lié à l’âge et d’améliorer les performances aux tests de mémoire, chez des souris.

Les graines de sésame

Parce qu’elles contiennent des substances appelées « lignanes », les graines de sésame empêchent l’élimination de la vitamine E par le foie. Or, « on sait que la vitamine E ralentit le processus de dégénérescence lié à la maladie d’Alzheimer » avance Patrick Wolf, hygiéniste nutrithérapeute. Cette vitamine peut également améliorer les performances cognitives des personnes dont la maladie d’Alzheimer est liée à un stress oxydant (ce stress endommage les composants des cellules et participe au vieillissement prématuré du cerveau).

Le poisson (saumon et sardine)

On sait que les omégas 3 sont de bonnes graisses pour l’organisme, notamment pour le cerveau. Une étude publiée en 2012 a démontré qu’une supplémentation quotidienne était associée à une baisse de 20 à 30% de protéine beta-amyloides (protéine toxique dont la présence est associée à la maladie d’Alzheimer) dans le sang. De plus, un manque d’omégas 3 était systématiquement associé à des signes pathologiques de la maladie au niveau cérébral. En pratique : Une des plus grandes sources d’omégas 3 via l’alimentation est le poisson. Surtout les poissons « gras » soit le saumon, le maquereau ou encore la sardine. Mettez régulièrement ces aliments à vos menus !

Le chocolat

Aliment gourmand par excellence, le chocolat protègerait de la maladie d’Alzheimer. D’après des chercheurs de l’Université Harvard, ce bienfait serait lié à sa teneur en flavonoides, des composés naturels antioxydants. Après avoir administré une boisson chocolatée enrichie en flavonoïdes à 34 personnes, ils ont observé une augmentation du flux sanguin de 8% en 1 semaine et de 10% en 2 semaines.

« La circulation sanguine ralentit naturellement avec l’âge. La consommation d’aliments riches en flavonoïdes du cacao pourrait ralentir le déclin du flux sanguin, protégeant ainsi de la démence reliée à l’âge » ont-ils conclu. En pratique : Il est conseillé d’opter pour du chocolat noir fort en cacao (72 ou 80%) afin de bénéficier du maximum de flavonoïdes. Attention : Le cacao est très riche en oxalate, qui élimine le calcium dans l’organisme et peut ainsi provoquer des calculs rénaux chez les personnes prédisposées. Chez eux, il faut plutôt en limiter la consommation.


Le curcuma

Plusieurs recherches ont permis de mettre en évidence l’intérêt du curcuma contre la maladie d’Alzheimer. Grâce à son principe actif, la curcumine, cet épice serait antioxydant et anti-inflammatoire. Il serait ainsi capable de prévenir les dépôts de protéines bêta-amyloïdes dans le cerveau de personnes prédisposées à l’Alzheimer ou déjà atteintes. Il pourrait également favoriser leur destruction.
Ces plaques de protéines sont le signe caractéristique du développement d’une maladie d’Alzheimer. En pratique : Selon Patrick Wolf, la concentration nécessaire de curcumine requiert l’utilisation de 5 à 6g de curcuma long par kg d’aliment. Pour une meilleure assimilation, il serait utile d’ajouter du poivre puisque ce dernier favorise le passage de la curcumine dans le sang.


Orge et avoine

Vous aimez les céréales ? C’est parfait pour votre cerveau ! Surtout si vous prenez de l’orge ou de l’avoine, deux céréales susceptibles de favoriser l’élimination de l’aluminium parce qu’ils sont riches en acide silicique (respectivement 240mg/100g et 425mg/100g). En pratique : Les céréales peuvent être ajoutées quotidiennement au petit-déjeuner dans un bol de lait ou dans un yaourt en encas.

Le thé vert

Boire régulièrement du thé vert pourrait protéger le cerveau de la maladie d’Alzheimer. Telle est la conclusion avancée par des chercheurs de l’Université de Newscastle en 2011. Pourquoi ? Parce que les polyphénols du thé (des substances antioxydantes) réduisent la toxicité du peroxyde d’hydrogène et de la protéine bêta-amyloïde, deux composés liés au développement de la maladie d’Alzheimer.

En pratique : Le thé vert est une boisson à consommer tous les jours, de préférence avant 17h pour éviter les troubles d’endormissement le soir, et en dehors des repas car il limite l’absorption du fer. Attention : Le thé est une boisson riche en oxalate ce qui favorise la formation de calculs chez les personnes prédisposées. Chez elles, il faut en limiter la consommation.


_________________
Image
Image
Image


Haut
  Profil Envoyer un message privé Site Internet MSNM/WLM YIM 
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Modérateurs:

taha, anass

Permissions de ce forum:

Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 


cron
Créer un forum | © phpBB | Entraide & support | Forum gratuit
[ Time : 0.043s | 14 Queries | GZIP : On ]